Duchêne, C., Fontaine. & M, Tojerow, I., en collaboration avec Godin, I., Lannoo, A. (Ecole de Santé Publique, ULB)
Mission d’étude pour la Cocof, 2021

Depuis quelques années, une volonté politique de généralisation de l’éducation à la vie relationnelle, affective et sexuelle (EVRAS) semble se profiler en Fédération Wallonie-Bruxelles. En effet, en 2012, l’EVRAS a été ajoutée aux missions prioritaires de l’enseignement fondamental et de l’enseignement secondaire en Fédération Wallonie-Bruxelles, devenant ainsi obligatoire. Par ailleurs, la Fédération Wallonie-Bruxelles, la Région wallonne et la Cocof (Bruxelles) ont établi en 2013 un protocole visant la généralisation de l’EVRAS au sein des écoles. Cette volonté de généralisation se retrouve également dans la Déclaration 2019-2024 du gouvernement bruxellois francophone. L’objectif visé par cette étude est de déterminer la faisabilité économique d’une telle généralisation de l’EVRAS dans les écoles bruxelloises francophones. L’étude s’organise en deux parties. La première partie, prise en charge par une équipe de chercheuses de l’Ecole de Santé Publique de l’ULB, établira un état des lieux de ce que devrait représenter l’offre EVRAS en termes de couverture. Une attention particulière sera accordée aux caractéristiques socio-démographiques et culturelles de Bruxelles, afin de proposer une offre adaptée aux spécificités des jeunes. La deuxième partie, mise en œuvre par le DULBEA, proposera quant à elle une modélisation économique du coût de la généralisation de l’EVRAS, en estimant le coût lié à l’augmentation du volume horaire des animations EVRAS ainsi que le coût de formation des animateurs.