Dulbea - Département d'économie appliquée de l’ULB. ULB - Université Libre de Bruxelles

Publications


Articles/Books


How Collective Bargaining Shapes Poverty: New Evidence from Developed Countries

2022-06-30

Pineda-Hernandez, K., Rycx, F., and Volral, M.

British Journal of Industrial Relations, forthcoming (2022)

Workers’ Tenure and Firm Productivity: New Evidence from Matched Employer-employee Data

2022-04-28

Gagliardi, N., Grinza, E. & Rycx, F.

Industrial Relations: A Journal of Economy and Society, forthcoming (2022)

Policy papers


Outil de responsabilisation des caisses d’allocations familiales wallonnes

2022-05-12

Duchêne C., Tojerow I.

Rapport préparé pour l’Agence pour une Vie de Qualité

CONFIDENTIEL

Étude des implications financières, institutionnelles et opérationnelles du transfert vers la Région de Bruxelles-Capitale des compétences communautaires dans le cadre d’une possible 7ème réforme de l’État

2021-12-31

Bogaert, H., El Mahi, G., Kozicki, C., Lecuivre, E., Voglaire, J., Dejardin, M., Mignolet, M., Valenduc, C., Coppé, M., Dumont, A., Gérard, C., Lombet, M., Thonet, S., Bayenet, B., Tojerow, I., Bertrand, O., Carlier, J., Fontaine, M., Murphy, T., Pierrot, M., Bourgeois, M., & Miny, X.
Rapport Dulbea N°21.04

Le modèle fédéral belge est le résultat de six réformes de l’État successives qui se sont déroulées entre 1970 et 2014. Dans un pays composé de trois communautés linguistiques (les francophones, les néerlandophones et les germanophones), l’évolution institutionnelle trouve son origine dans la volonté d’accorder une très large autonomie aux entités fédérées afin de leur permettre de mener une politique spécifique qui relaie les aspirations de leurs citoyens.


Cependant, le système institutionnel a évolué vers une forme particulièrement complexe en raison de la superposition territoriale de deux types d’entités fédérées dotées de différentes compétences attribuées. En effet, il a été pensé comme un double système de Communautés (compétentes pour des matières liées aux personnes : culture, enseignement, aide sociale, etc.) et de Régions compétentes pour des matières liées au territoire : agriculture, aménagement du territoire, développement économique, emploi, environnement, etc.), qui exercent leurs compétences sur le même territoire : la Communauté flamande (VG), la Communauté française (CF), la Communauté germanophone (DG), la Région flamande (RF), la Région wallonne (RW) et la Région de Bruxelles-Capitale (RBC)…

Policy briefs


L’ancienneté des employés et la productivité des firmes : nouvelles preuves de données longitudinales appariant des employeurs et des employés

2022-07-19

Dejardin, B.
Policy brief N°22.05

A l’aide d’un ensemble de données longitudinales d’entreprises privées belges sur la période 2005-2016, qui apparie les employeurs et les employés, Gagliardi, Grinza et Rycx (2022) ont analysé l’impact de l’ancienneté des employés sur la productivité des firmes. Pour cela, ils ont adopté l’approche semi-paramétrique de la fonction de contrôle développée par Ackerberg et al. (2015), et récemment étendue par Lee et al. (2019), afin de supprimer les effets fixes liés à l’entreprise et de résoudre des problèmes d’endogénéité. Les résultats qu’ils obtiennent montrent que l’ancienneté a un impact positif sur la productivité, mais qu’il y a un rendement marginal décroissant de l’ancienneté. Cet impact diffère néanmoins selon les caractéristiques de la firme en question. L’ancienneté est particulièrement bénéfique à la productivité dans un contexte de travail routinier et un faible niveau de complexité. De plus, l’ancienneté a un impact positif plus important dans des firmes industrielles et à forte intensité capitalistique, et dans des firmes moins dépendantes de processus intensifs en TIC et en connaissance.

Manifester contre l’extrême droite la fait-elle reculer dans les urnes ?

2022-04-05

Lagios, N.
Policy brief N°22.04

Les partis d’extrême droite rencontrent un succès électoral dans des pays aussi divers que l’Autriche, le Brésil, les Pays-Bas, la France, la Hongrie, l’Allemagne, le Royaume-Uni et les États-Unis. Si ces partis ont en commun des positions anti-immigration, nationalistes, voire xénophobes ou racistes, et un discours anti-élite, ils partagent aussi le fait d’avoir amené leurs opposants à manifester. Ces manifestations atteignent-elles leur objectif déclaré de réduire l’influence des partis d’extrême droite et, si oui, comment ? Pour répondre à ces questions, les auteurs étudient les manifestations qui se sont déroulées en France le 1er mai 2002 entre les deux tours de l’élection présidentielle lors de laquelle le candidat d’extrême droite Jean-Marie Le Pen s’était qualifié pour le second tour pour concourir contre Jacques Chirac. Quatre jours avant le second tour du 5 mai, environ 300 manifestations contre Jean-Marie Le Pen et son parti, le Front national, avaient rassemblé plus d’un million et demi de participants à travers le pays. L’étude montre que les manifestations ont atteint leur objectif. Là où elles avaient attiré davantage de manifestants, le nombre de votes pour Le Pen et le nombre d’abstentions et de bulletins blancs ou nuls ont été plus faibles et le nombre de votes pour Chirac plus élevé. Une augmentation d’un pourcent du nombre de participants à une manifestation dans une commune y aurait entraîné une baisse de 0,399 point de pourcentage de la part des suffrages en faveur de Jean-Marie Le Pen au second tour de l’élection.

Working papers