Ide, N., Fontaine, M., & Tojerow, I., en collaboration avec Schigirev, E., Kemajou, F., Schuller, M. & Stokking, D. (PLS)

Mission d’étude pour l’IEFH, 2022.

Cette étude s’inscrit dans un projet d’investissement « Genre et Emploi » réalisé par l’Institut pour l’égalité des femmes et des hommes, à la demande de la secrétaire d’État à l’Égalité des genres, à l’Égalité des chances et à la Diversité, dans le cadre du Plan belge pour la Reprise et la Résilience (PRR). La crise sanitaire a eu en effet des impacts négatifs supplémentaires sur la situation et l’inclusion des femmes en situation vulnérable sur le marché du travail belge. Par le biais d’appels à projet adressés à la société civile et aux employeurs, l’IEFH souhaite entreprendre des actions en vue de promouvoir et de garantir l’insertion des femmes en situation de vulnérabilité sur le marché du travail – et dans les secteurs « du futur » en particulier – dans un contexte de post-crise. Cette étude vise donc à optimiser la pertinence, l’efficacité et l’impact de ces projets afin de fournir un aperçu des facteurs critiques de succès et des critères essentiels des projets fructueux (en Belgique et à l’étranger) en ce qui concerne l’activation et l’inclusion sur le marché du travail des femmes en situation vulnérable. L’étude est subdivisée en deux postes : le premier poste étudie comment les femmes en situation de vulnérabilité peuvent être structurellement et durablement impliquées dans « l’économie/les secteurs du futur ».  Pour se faire, l’équipe du DULBEA se chargera 1) de définir la notion de « vulnérabilité » en général et sur le marché du travail en particulier et de dresser un état des lieux des travailleurs vulnérables en Belgique selon le genre, 2) d’identifier les secteurs du futur, à savoir les secteurs économiquement hautement performants et les secteurs à forte valeur sociale et environnementale, 3) d’évaluer l’impact du COVID-19 et de la digitalisation sur l’inclusion des femmes, et 4) d’identifier les obstacles structurels à l’inclusion des femmes vulnérables sur le marché du travail. Pour sa part, l’équipe de PLS se chargera d’analyser de manière approfondie les facteurs critiques de succès d’au moins 25 bonnes pratiques ou projets aux objectifs similaires existants en Belgique et/ ou à l’étranger. Pour le deuxième poste, il s’agira de siéger avec l’adjudicateur, les administrations impliquées et d’autres parties prenantes pertinentes, dans la commission de sélection pour les appels à projets, afin d’aider à déterminer les projets qui seront financés.